Caro Fashionews

Mario Testino photographie Charlotte Casiraghi pour Vogue

Pour la première fois, Charlotte Casiraghi joue les mannequins. Et c’est à Vogue Paris que la fille aînée de la princesse Caroline a réservé l’exclusivité d’une séance photo orchestrée par Mario Testino au château de Fontainebleau.

La nièce d’Albert II – 25 ans depuis le 3 août dernier – prend la pose sur la couverture et dans les pages intérieures du magazine. Un portofolio tout en élégance où la jeune femme, habituée des compétitions hippiques, irradie le papier glacé. «Je ne suis pas princesse [...], précise-t-elle dans l’entretien accordé à Olivier Lalanne. 

"Ma mère l’est, pas moi. Je suis la nièce d’un chef d’Etat et à ce titre j’ai quelques devoirs de représentation, rien de contraignant ou de très exceptionnel", déclare-t-elle avec modestie. Quant à ses apparitions toujours médiatisées et durant lesquelles ses allures parfaites font sensation, elle a expliqué : "J’aime le pouvoir de transformation que permet la mode. Mais ce n’est pas une obsession, ni une prise de tête. S’habiller, pour moi, c’est une façon d’honorer les gens qui m’invitent ou ma famille. Je ne cherche jamais à être spectaculaire. Je veux être juste et respectueuse."

Les spécialistes noteront que Charlotte Casiraghi s’inscrit comme icône de la mode, obtenant la faveur de Vogue de faire la couverture de ce numéro de septembre, le plus attendu de l’année. Cette couv’ est aussi un clin d’œil aussi à sa mère, la princesse Caroline, qui avait posé pour Vogue, en décembre 1983, colorisée par Andy Warhol.

Caroline de Monaco par Andy Warhol

 Mario Testino, le talentueux photographe, qui recevra le 19 septembre prochain à Londres le prix honorifique Moët & Chandon Etoile Award, n’est autre que le parrain de l’homme avec qui Charlotte est en couple depuis 4 ans: Alex Dellal.

La muse de Gucci, cavalière professionnelle et amatrice de philosophie et de littérature, a conclu sur sa vision du destin, allant dans la lignée de sa ligne directrice de vie : "Si je suis consciente d’avoir de la chance, je sais aussi qu’il faut se battre. Ce n’est pas ce dont on hérite au départ qui fait une vie. Une vie, ça se construit. Et c’est ce qu’on en fait qui est important."

A 25 ans, la jolie Charlotte au minois parfait, deuxième du classement Young Style Icon of 2011 dressé par le magazine Hello!, a également la tête bien faite. La clé évidente de son succès !

Biographie

Née le 3 août 1986 à la clinique Grace de Monte Carlo, à Monaco, Charlotte Casiraghi est la fille de la princesse Caroline et de Stefano Casiraghi, un riche industriel italien décédé dans un accident de bateau alors qu’elle n’avait que 4 ans. Quatrième héritière du trône de Monaco, Charlotte a deux frères, Andrea et Pierre.

Caroline de Monaco et Stefano Casiraghi

Passionnée par l’équitation depuis son plus jeune âge, Charlotte Casiraghi excelle dans le domaine. Sa beauté unique et sa discrétion lui valent les éloges de la presse internationale. Mais Charlotte est également fan de mode, d’art contemporain et dédie son temps à l’écriture.

Etudiante brillante, Charlotet Casiraghi suit des études de philosophie à Paris, ville où elle vit depuis quelques années. Elle affiche déjà au compteur un stage en journalisme au prestigieux The Independent de Londres.

Londres, une ville qui lui est chère car son petit ami y travaille. Elle vit le parfait amour avec Alex Dellal, fils d’un richissime promoteur londonien, d’origine iranienne.
Sa beauté et sa grâce font déjà le bonheur des créateurs, qui se battent pour pouvoir l’habiller lors des événements officiels liés à la couronne monégasque.

Classé dans:Mannequin, , ,

Androgyne

Un nouveau mannequin que tous s’arrachent… rien d’exceptionnel? Sauf qu’Andrej Pejic est un homme et qu’il défile chez les hommes et les femmes depuis un an et demi. Mannequin unisexe, il est le fer de lance des femimen, ces êtres au look androgyne comme Léa T., transsexuel brésilien et nouveau visage de Givenchy, ou Martin Cohn, très féminin pour Gianfranco Ferré.

Le succès des femimen fait dire au New York Times que 2010 a été l’année des «transsexuels et des transgenres». Leur arrivée dans la mode reflète l’abolition des genres déjà courante dans les vêtements et laisse la place à des personnages dont seul l’élégance et la beauté absolue importent.

«La mode, c’est offrir des choix aux gens. Etre un homme ou une femme n’a plus d’importance», estime Seda Dominic, rédacteur en chef de Vogue Turquie qui a fait poser Andrej Pejic.

Le créateur Marc Jacobs a mis le jeune homme blond comme les blés dans sa nouvelle campagne. Idem chez Gaultier qui a fait d’Andrej Pejic le visage de sa collection automne-hiver 2011, aux côtés de son alter ego féminin, le top Karolina Kurkova. On l’a également vu au hasard des pages du Vogue italien et français.

Bio express

Cette success story débute en Australie en 2009. Andrej Pejic envoie ses photos à l’agence Chadwick Models, à Melbourne. Le directeur, Matthew Anderson, est intrigué et le convoque immédiatement. Séduit, il lui demande de passer son bac avant de le lancer sur le marché.

«C’était risqué. Soit il devenait une star, soit il ne faisait rien, mais on croyait en son potentiel», explique-t-on à l’agence mère. «C’est l’un des mannequins les plus hot du moment, hommes et femmes confondus», selon Matthew Anderson.

Une ambivalence qui a encore séduit l’agence Storm, à Londres, et New Madison, à Paris, qui le représentent en Europe. Les couturiers de Milan et de Paris ont suivi, le mettant à l’honneur dès juin 2010.

«Au début, les photographes essayaient de me rendre plus masculin, confie le mannequin interrogé par le Herald Sun. Aujourd’hui, ils acceptent mon look et jouent avec mon côté féminin.»

Ce côté-là, Andrej Pejic, fan de David Bowie et d’Amanda Lear, en a eu conscience dès l’enfance. «Dès que je suis sorti du ventre de ma mère!» rit-il. Né en Bosnie d’une mère serbe et d’un père croate, Andrej n’a que 2 mois lorsqu’éclate la guerre. Ses parents fuient la région et s’installent en Serbie. Huit ans plus tard, il arrive dans la banlieue de Melbourne, où la famille a obtenu l’asile. C’est là qu’Andrej grandira avec sa mère, sa grand-mère et son frère aîné.

«A l’école, mon look intriguait, mais on ne s’est jamais moqué de moi», détaille celui qui rêve un jour de poursuivre ses études. «Les mecs me prenaient souvent pour une fille. Ça m’a surtout permis de boire des verres à l’œil!»

Si tous s’interrogent sur ses préférences sexuelles, l’ange blond refuse de se définir. A un journaliste qui lui demandait «aimez-vous les hommes ou les femmes?» il rétorqua subtilement: «J’ai deux amours. Paris et le vin.»

Magnifique série de photographies prises par la photographie de mode Sabine Villiard dans le dernier numéro du magazine Photo.

Laissez un commentaire

Classé dans:Mannequin, ,

Kate Moss pour Liu Jo Printemps-été 2011

Un canapé, un tapis et une jolie fille…

Laissez un commentaire

Classé dans:Mannequin, Mode, , ,

Zadig & Voltaire – égérie 2011

Pour la campagne été 2011, Zadig & Voltaire a choisi le top Erin Wasson photographiée dans un bel appartement parisien fin 2010.

La belle Américaine s’inscrit dans la lignée des autres égéries rock de la maison puisqu’elle prend la relève de Charlotte Kemp Muhl et Sean Lennon.

De plus, Erin va mettre à contribution sa créativité et son imagination débordante pour une collection capsule à découvrir pour l’automne 2011. Une bonne nouvelle que d’associer les talents de création d’un des tops les plus cotés du monde et une très bonne visibilité donc pour la marque qui s’est étendue à l’international.

 

Erin Wasson et Thierry Gillier (fondateur de Z&V)

Ma sélection

Laissez un commentaire

Classé dans:Mannequin, Mode, ,

Lindsey Wixson – une fille remarquable

Magnifique "baby face" que j’ai découvert lors des derniers défilés. Elle a participé à 57 défilés pour la Fashion Week printemps-été 2011. Avec son physique atypique, Lindsey Wixson agace ou subjugue, mais ne laisse personne indifférent.

Lindsay Wixson chez Chanel

Lindsay Wixson chez Stella McCartney

Lindsay Wixson chez Sonia Rykiel

Lindsey à la sortie des défilés shootée par Garance Doré

Née en 1994 au Kansas, cette jeune fille de 16 ans n’a pas été repérée dans la rue. Depuis l’âge de 12 ans, l’adolescente rêve de devenir mannequin, mais les agences ont mis un certain temps à lui laisser sa chance.

Jusqu’à ses 15 ans, Lindsay n’essuie que des refus, puis finit par signer un contrat avec l’agence Marilyn, qui apprécie cette fille au physique hors du commun – 1m78, cheveux châtains, yeux bleus, dents du bonheur, d’interminables jambes et de belles petites lèvres charnues.

Polaroïd – juin 2009

Sa première apparition officielle est une totale réussite: elle pose pour Steven Meisel (photographe américain) dans le Vogue Italie.

En septembre 2009, elle fait ses premiers pas sur les podiums des fashion weeks. Sa carrière décolle au moment où Miuccia Prada la repère. Elle la fera défiler en exclusivité pour Prada (Milan) et Miu Miu (Paris). Elle fera même l’ouverture du défilé Prada printemps-été 2010 à Milan. Les mois suivants, elle apparaît chez Teen Vogue, Dazed&Confused, ID ou encore W.

Teen Vogue - octobre 2009 - photo: Raymond Meier

En 2010, Miu Miu la choisit comme égérie. Dès lors, les photographes les plus prestigieux – tels que Mert&Marcus ou Craig McDean – sont régulièrement sollicités pour la shooter.

Le magazine LIFE lui offre une notoriété internationale en choisissant de la suivre tout au long de la fashion week new-yorkaise de février dernier.

Lindsay  a signé un contrat avec les cosmétiques Jill Stuart et continue de travailler pour Miu Miu pour la saison automne/hiver 2010/2011.

Quelle fraîcheur!

Sources
Blog de Lindsy Wixson
Grazia
Tendances de mode
Vogue
Ykone

 

Classé dans:Mannequin,

Anciens articles

Points d’intérêt

J’écoute …

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 151 autres abonnés