Caro Fashionews

youtube.CH

YouTube_Suisse_Schweiz

Peu de gens le savent puisque les sites internet sont en principe disponibles dans tous les pays. Mais Google, bien qu’employant des centaines de collaborateurs à Zurich, n’avait jusqu’à hier pas ouvert YouTube officiellement en Suisse.

Hier Google a donc lancé une version YouTube en Suisse. Les vidéos de youtube.ch sont les mêmes que celles déjà sur youtube.com.

La particularité – les contenus les plus visionnés en Suisse et ceux gagnant le plus en popularité sont privilégiés dans la présentation des résultats d’une recherche. Il est donc plus facile de trouver des contenus suisses.

Selon l’adresse IP, le site est affiché soit en français, soit en allemand, soit en italien.

La version helvétique représente la 54ème plateforme locale de youtube.

Le programme «Partenaire» permet désormais aux utilisateurs suisses de monétiser leurs vidéos et de profiter des recettes publicitaires générées par leur contenu. Tous les utilisateurs qui respectent les conditions d’utilisation de Youtube, mais aussi les ONG, les médias traditionnels, etc. La popularité et la viralité de leurs vidéos seront déterminées par des algorithmes pour définir leur positionnement sur le site.

Il est aussi possible de placer durant 24 heures sa publicité sur la nouvelle page d’accueil youtube.ch. Les annonceurs helvétiques ont aussi accès aux vidéo «True View», ces publicités que l’internaute peut zapper au bout de quelques secondes. Le client ne paye que si la publicité a été vue en entier. ça pousse à être créatif pour captiver l’attention de l’utilisateur.

Classé dans:Economie,

Les prix sont-ils vraiment trop élevés en Suisse?

Un nouveau comparateur de prix vient de voir le jour, il s’agit de http://www.barometredesprix.ch. Il donne une image en temps réel des différences de prix des produits par rapport aux pays limitrophes.

Il est géré par les 4 organisations de consommateurs du pays, un par région linguistique. Le Bureau fédéral de la consommation soutient ce portail, c’est donc du sérieux.

Les organisations de consommateurs relèvent les prix de produits identiques en Suisse, en Allemagne, en Autriche, en France et en Italie et mettent en évidence les différences de prix à l’aide de la plateforme.

Les catégories recensées pour le moment:

  • cosmétiques (+30% env. en Suisse)

  • vêtements (+26%)

  • chaussures (+15%)

  • magazines (+68% !!!)

  • denrées alimentaires (+35%)

Pour chaque catégorie, il est possible de détailler la recherche en affichant chaque produit du panel.

Par exemple, le gel douche Palmolive aroma thérapy:

J’espère que ce site contribuera à faire baisser les prix suisses…

Site officiel

Classé dans:Economie,

Nos droits lors d’achats sur le net

Les organisations de protection des consommateurs suisses (Fédération romande des consommateurs,  viennent d’élaborer un guide pour éviter les arnaques sur Internet. Ce dossier permet de nous éclairer sur nos droits lorsque nous commandons sur Internet, pratique de plus en plus répendue, surtout dans la monde des filles accros au shopping de produits de beauté…

Le guide se compose de plusieurs chapitres:

1. Des infos avant d’acheter

-> en cliquant sur l’indication ” je passe commande “, le consommateur est lié, sans possibilité légale de révoquer sa commande

-> vérifier que le paiement en ligne sur le site en question est sécurisé: un “s” doit figurer à la fin de http et un cadenas apparaît sur le navigateur web

2. Achat de médicaments en  ligne

3. Différence entre boutique en ligne et enchère en ligne

-> FAQ sur les enchères en ligne est très instructif ;

-> l’élèment important – la garantie – tout vendeur est libre de limiter, voire d’exclure, contractuellement la garantie pour les défauts de l’objet acheté, sauf si lesdits défauts ont été volontairement cachés. Les conditions contractuelles priment en effet sur la loi lorsqu’elles ont été acceptées par l’acheteur lors de la commande. Le délai d’1 an peut également être prolongé ou raccourci par le vendeur, lequel a une totale liberté en matière de garantie, puisqu’il peut même la supprimer purement et simplement.

 4. Recours de l’acheteur – tous les pires cauchemars de l’e-shoppeuse sont décrits ici (la marchandise n’arrive pas, coûts imprévus de dédouanement, etc)

5. Les pièges d’Internet – un chapitre sur les « véritables » arnaques

Dossier complet accessible ici

En feuilletant ce guide, on remarque que la législation suisse protège moins bien le consommateur que l’Union européenne ! Un exemple, le consommateur européen a un délai de 7 jours à compter de la réception de la commande pour l’annuler et la renvoyer. En Suisse, le consommateur qui clique sur le bouton « commande » conclut définitivement le contrat.

Enfin, la fédération romande des consommateurs propose de dénoncer une pratique déloyale que l’on aurait observé ou subie.

Classé dans:Economie, , ,

Des entreprises actives dans les parfums et produits cosmétiques violent la loi sur les cartels

Le secrétariat de la COMCO a ouvert une enquête contre l’association des fabricants, importateurs et fournisseurs de produits de cosmétique et de parfumerie (ASCOPA) et contre ses membres sur la base d’une auto-dénonciation d’une des entreprises concernées.

Les parties à la procédures sont les filiales et distributeurs suisses des principaux fabricants de la branche de la cosmétique de luxe, à savoir, Beauté Prestige, Bergerat, Bulgari Parfums, Chanel, Clarins, Coty, Deurocos Cosmetic, Doyat Diffusion, Elizabeth Arden, Estée Lauder, Kanebo Cosmetics, La Prairie Group/Juvena, Laboratoires Biologiques Arval, L’Oréal Produits de Luxe, Parfums Christian Dior, Parfums de Luxe Ltd, Parlux Diffusion, PC Parfums Cosmétiques, P&G Prestige Products, Puig, Richemont, Sisley, Star Cos, Tanner, Tschanz Distribution, Wodma 41, YSL Beauté.

Les entreprises concernées s’étaient réunies en un cartel et avaient échangé mutuellement des informations sensibles sur les prix les chiffres d’affaires, les dépenses publicitaires et les conditions générales de vente. De cette manière, elles étaient en mesure d’adapter leur comportement sur le marché les unes par rapport aux autres. Cette adaptation a conduit à une restriction notable de la concurrence sur le marché des parfums et produits cosmétiques. La COMCO considère que cet échange d’informations constitue une violation de la loi sur les cartels et l’a interdit par décision du 31 octobre 2011.

Les entreprises ne sont pas sanctionnées car leur comportement ne tombe pas dans la catégorie des comportements directement sanctionnables selon la loi. Elles sont par contre passibles de sanctions si elles devaient contrevenir à la décision des autorités de concurrence.

L’enquête était dirigée contre l’Association des fabricants, importateurs et fournisseurs de produits de cosmétique et de parfumerie (Ascopa) et contre ses membres, soit tous les acteurs principaux de la branche, notamment Chanel, Estée Lauder, Dior, L’Oréal, Richemont ou Yves Saint Laurent.

Basée à Genève, l’Ascopa regroupe 40 membres, qui représentent et distribuent plus de 180 marques de parfums et de cosmétiques.

Source: COMCO

Classé dans:Economie,

Dr House le vaut bien !

La marque de cosmétiques a choisi l’acteur britannique Hugh Laurie de 52 ans comme nouvel ambassadeur des produits L’Oréal Men Expert.

« Par son franc-parler et son humour, sa personnalité a fait de lui un des acteurs les plus authentiques, charmeurs et attachants pour des millions d’hommes et de femmes« , souligne L’Oréal Paris.

« Dr House », une des séries les plus regardées dans le monde, diffusée en France sur TF1, met en scène un médecin misanthrope, à l’humour décapant et sarcastique.
Hugh Laurie est aussi musicien. Déjà membre du groupe Band from TV, dans lequel il collabore avec d’autres acteurs de séries, il a sorti en avril un premier album solo qu’il a présenté sur scène à Paris le 11 mai.

Fils d’un médecin, il est né et a grandi à Oxford. Il a été collégien à Eton avant d’intégrer Cambridge pour un cursus archéologie-anthropologie. Il y pratique de l’aviron dans l’équipe qui affronte chaque année Oxford dans la Boat Race sur la Tamise. Cependant, il souligne n’avoir jamais eu le niveau de son père, Ran Laurie, médaillé d’or d’aviron aux Jeux Olympiques de 1948.

A Cambridge, il découvre aussi le théâtre, et sa copine-camarade Emma Thompson qui l’embarque dans Cambridge Footlights, le club de théâtre du campus et biotope de moult futures pointures, de John Cleese (Monty Python) à Cecil Beaton (photographie). Décisif Footlights, qui lui fait rencontrer l’excellent Stephen Fry, futur parrain de ses trois enfants et alter ego du début de sa carrière, dans des séries télévisées. A cette époque-là, Laurie a tout d’un néo-Buster Keaton, cinglé impassible. Dans ces sketchs, il lui arrive déjà de chanter.

«Je ressens une certaine fierté à être acteur. On les présuppose souvent stupides, vaniteux, moi, je les vois intelligents, perspicaces, très observateurs et pas seulement de leurs propres personnes. Ils sont en outre très souvent drôles, les bons en tout cas.»

L’acteur débute au cinéma en 1985, dans Plenty. L’année suivante, il apparaît dans la série télévisée Blackadder, où il se sert de son talent de comique. En 1987, Hugh Laurie joue des séries de sketchs dans A Bit of Fry and Laurie. A partir de 1989, l’acteur multiplie les apparitions au cinéma : il tourne dans Strapless en 1989, Peter’s Friends en 1992 et Raison et sentiments en 1995. En 1996, Hugh Laurie s’investi à nouveau dans la production d’une série de sketches dans Tracey Takes on… et interprète Jasper dans la production Disney, Les 101 Dalmatiens. En 1997, l’acteur fait une apparition dans Spice World, le film. L’année suivante, il joue dans Cousin Bette, Le Petit Monde des Borrowers et dans L’Homme au masque de fer aux côtés de Léonardo Di Caprio et John Malkovich entre autres. L’acteur apparaît également en tant que guest star dans un épisode de Friends (saison 4, épisode 24).

En 1999, il obtient un des rôles principaux de la comédie Stuart Little. L’année suivante, Hugh Laurie joue dans Maybe Baby et dans Carnivale. L’acteur tourne également dans les productions The Piano Turner, Judy Garland : la vie d’une étoile et Chica de Rio en 2001. Il reprend son rôle de Frederick Little dans Stuart Little 2 en 2002. A partir de 2002, l’acteur se consacre à la télévision : il apparaît comme guest star au générique de MI-5 et joue dans Les Griffin en 2003. Il obtient le rôle principal de la série, Fortysomething, la même année. Reconnu en Grande-Bretagne, Hugh Laurie se révèle au grand public en 2004 avec la série Dr House diffusée sur la chaîne américaine FOX, dans laquelle il incarne le docteur Gregory House. Il joue aux côtés de Lisa Edelstein, Robert Sean Leonard, Jennifer Morrisson, Omar Epps et Jesse Spencer entre autres. Parallèlement, l’acteur tourne dans le film Le Vol du Phoenix en 2004 et dans Au bout de la Nuit en 2008.

L’acteur a été récompensé pour son rôle dans la série Dr House : il a été sacré Meilleur acteur de série aux Golden Globes en 2006 et 2007.

Hugh Laurie chanteur de blues
sur le plateau de l’émission On n’est pas couché

sur C à vous

Hugh Laurie écrivain

Classé dans:Economie, ,

Pierre Cardin à vendre

Selon le Wall Street Journal, Pierre Cardin, propriétaire à 100% de sa maison de couture, l’aurait mis en vente pour un milliard d’euros (1,4 milliard de dollars). Le créateur, qui a consacré près de 60 années au développement de sa maison de couture, réclame un montant surévalué selon les banquiers qui estiment que ses nombreuses licences ont diminué sa valeur. Pierre Cardin pose une condition à cette vente – rester aux commandes artistiques de sa maison.

Je veux le vendre maintenant. Je sais que je ne serai plus là dans quelques années, les affaires doivent continuer, explique le couturier de 88 ans qui n’a pas d’héritier.

La somme réclamée par le couturier est largement supérieure aux estimations des banques. Un montant maladroitement justifié par le principal intéressé. Pour les banquiers, la marque vaudrait plutôt 200 millions d’euros aujourd’hui. Mais les avis divergent. Pierre Mallevays, spécialiste du secteur, cité par le journal américain, estime que le groupe vaut quatre fois son chiffre d’affaires. Si les revenus générés par son empire sont si difficilement chiffrables, c’est parce que la société, non cotée, ne publie pas d’information financière. Pierre Cardin nourrit lui-même le mystère en prétendant ne pas connaître les revenus de chacune des ses entités. Même le nombre de licences concédées par le couturier reste inconnu, compris entre 500 et 800 dans le monde. «D’un point de vue comptable, c’est un cauchemar», confie Pierre Mallevays.

Ce sont d’ailleurs ces mêmes licences qui rendent sceptiques les analystes sur la valorisation du groupe. D’après eux, Pierre Cardin a joué une mauvaise carte en vendant son nom à outrance sur une multitude de produits, de la porcelaine à l’eau minérale, à une époque où les autres groupes les ont concentrées sur leur activité de base. D’un point de vue royalties, l’affaire est bonne mais les experts estiment que la manoeuvre a contribué à diluer la marque. Celui qui a été l’un des pionniers de ce business model se défend: «Si je n’avais pas eu l’idée de vendre des licences, Cardin n’existerait plus», explique-t-il dans une interview à en octobre dernier, en marge d’un rare défilé haute couture en France.

Pierre Cardin - septembre 2010

Ce sont ces licences qui ont permis à l’empire de s’étendre dans le monde et notamment sur le marché très vorace de l’Asie. Le couturier a mis un pied en Chine en 1978, devenant l’un des premiers investisseurs étrangers à s’implanter sur ce marché qui lançait à peine ses réformes d’ouverture économique sous la houlette de Deng Xiaoping. Pierre Cardin a été le premier couturier occidental à défiler à Pékin en 1979 ce qui en fait un personnage très populaire dans le pays. Il a toutefois décidé en 2009 de vendre ses 32 licences textiles et accessoires en Chine aux sociétés Jiangsheng Trading Company et Cardanro pour 200 millions d’euros.

En France, toutefois, l’empire fondé en 1949, semble bien avoir perdu de son éclat. À Paris, capitale de la mode, le couturier ne possède plus qu’une boutique à son nom.

Pierre Cardin - 1967

Pierre Cardin espère toutefois trouver des acquéreurs susceptibles de perpétuer son héritage. Robes cerceaux, robes bulle ou vestes sans col à boutonnage pour homme: son style aux lignes linéaires, souvent inspiré de l’univers de l’espace, rejaillit aujourd’hui dans les créations de la nouvelle génération comme Alexander Wang.

Pierre Cardin espère également trouver le groupe capable de maintenir le credo d’une haute couture accessible à tous, qui lui avait valu, en 1959, d’être exclu du milieu par ses pairs.

«J’ai été le premier à démocratiser la mode, à mettre mes initiales sur mes vêtements. La plupart des grandes maisons de l’époque ont fermé. Je suis le seul aujourd’hui à être propriétaire à 100 % de mon nom. Alors, si je ne fais pas partie du sérail, tant pis», affirme le charismatique patron.

Pierre Cardin est confiant pour la suite. Il affirme avoir rencontré à trois reprises un investisseur anglais. Des Chinois et des Américains seraient aussi sur les rangs. Le couturier peut espérer des propositions intéressantes. La valeur des maisons de luxe est actuellement dopée par la série d’acquisition qui anime le secteur comme l’achat par LVMH de Bulgari ou la vente de ses 45% de Jean Paul Gaultier par Hermès. Mais pour Pierre Cardin, vente ne rimera pas avec retraite : «Je veux rester le directeur de la création. Ce serait dans l’intérêt de la réputation de la marque», prévient-il.

Les débuts de Pierre Cardin couturier

Mes parents, des agriculteurs aisés, ont quitté Venise pour fuir le fascisme en 1924. Réfugiés en France, ils subvenaient à nos besoins grâce aux dommages de guerre. Ils n’avaient plus ni biens ni argent, mais ils m’ont transmis le goût du travail. A 17 ans, j’avais une idée fixe : être dans la mode. Le théâtre et la danse m’attiraient également. J’ai voulu “monter” à Paris à bicyclette, mais j’ai été arrêté à la ligne de démarcation par les Allemands. J’ai dû rebrousser chemin et je suis resté à Vichy, où j’ai travaillé dans une maison de couture pendant huit mois, puis comme comptable pour la Croix-Rouge. Quand j’ai demandé à une amie médium de me recommander auprès d’une de ses relations à Paris, elle m’a indiqué le nom de M. Waltener, au 82, rue du Faubourg-Saint-Honoré, et prédit un destin extraordinaire. Un dimanche glacial de novembre 1945, j’ai arpenté, semelles de bois aux pieds, les 400 numéros du faubourg désert. J’ai demandé au seul homme que j’ai croisé sur mon chemin si le 82 était encore loin. “Qui cherchez-vous à ce numéro, jeune homme ? – J’ai rendez-vous avec M. Waltener. – Je suis M. Waltener. Et vous, un petit menteur, car j’ignore qui vous êtes. Mais allons boire quelque chose pour faire connaissance. » Et c’est ce que nous avons fait autour d’un Viandox, payé avec un ticket de rationnement. Le lendemain, il me faisait entrer chez Paquin, grand couturier de l’époque, dont le directeur était un ami à lui. Très vite, j’ai appris les bases de mon métier. Coup de chance, j’ai rencontré Cocteau qui préparait la même année “La Belle et la Bête”. J’ai fait les costumes du film. Et comme j’avais la carrure de Jean Marais, je l’ai remplacé pendant les essayages, devenant ainsi le premier mannequin masculin. Un an après, j’ai rencontré Dior chez Lelong. Il allait monter sa propre maison, avenue Matignon. J’ai été son premier employé. Et c’est là que mon histoire a vraiment commencé.

Laissez un commentaire

Classé dans:Economie,

Meet the Hilfigers – une campagne publicitaire remarquable

Pour fêter les 25 ans de la maison Tommy Hilfiger met en avant la valeur qui lui est la plus chère : la famille. Les clichés shootés par Craig McDean mettent en scène une famille “bien comme il faut” avec d’énormes lunettes de soleil! Une quinzaine de mannequins de tout âges, style preppy, sont photographiés dans la campagne lors d’un pique-nique.

Vidéo sur le site officiel

_____________________________________________________________________

Une collection en édition limitée de 25 pièces de légende et un livre édité à 1000 exemplaires avec des images, annotations et citations de fans de la marques célèbrent l’évènement.

© ELLE

 

© ELLE

© ELLE

La première publicité de Thomas Hilfiger date de 1985. Il plaça un grand panneau à Times Square sur lequel on pouvait lire
Les quatre plus grands créateurs américains de mode pour hommes sont: Ralph Lauren, Perry Ellis, Calvin Klein et Tommy Hilfiger”.
Aujourd’hui, on peut dire que cette affirmation est vraie!

_____________________________________________________________________

Repères historiques
Tommy Hilfiger, second d’une famille de neuf enfants, a grandi dans une famille catholique irlandaise. Il a fait ses études secondaires à l’Académie libre d’Elmira. Plutôt que de poursuivre ses études, il commença à travailler dans la distribution dès l’âge de 18 ans. Tommy Hilfiger se rendait dans la ville de New York pour dénicher des jeans et des pantalons pat’ d’eph’ qu’il personnalisait et revendait dans une petite boutique au centre d’Elmira appelée Brown’s.

Un peu plus tard, il ouvrira un peu plus loin dans le même quartier sa propre boutique nommée The people’s place, avec 150$ qu’il avait gagné en travaillant la nuit dans une station service alors qu’il était encore à l’école. Bien que la boutique soit le haut-lieu de la jeunesse, avec régulièrement des animations et des concours de DJ, les gens y venaient plus pour se retrouver que pour acheter.

Au fil du temps, de nombreux magasins du centre-ville d’Elmira durent fermer, les gens préférant aller faire leur shopping dans le nouveau centre commercial Arnot Mall à Horeheards, État de New York. Il ne fallut pas longtemps pour que The People’s Place en fasse de même. Après sept ans d’existence, The People’s Place fit faillite alors que Tommy Hilfiger n’avait que 25 ans.

Pendant cette période, Tommy Hilfiger était passé de la personnalisation au design de vêtements qu’ils vendaient dans le reste de ses dix boutiques au Nord de l’État de New York.

Il décida d’emménager dans la ville de New York avec sa femme Susie.

On lui proposa des postes d’assistant designer chez Calvin Klein et Perry Ellis mais, bien qu’il soit à court d’argent, il décida de décliner ces offres.

En 1984, il fonda la Tommy Hilfiger Corporation dont le public cible est les jeunes étudiants des campus américains. Elle entrera en Bourse en 1992 et développa sa signature comme styliste dans une collection de vêtements pour homme.

Tommy Hilfiger a été élu Designer Homme de l’année par le Council of Fashion Designers of America en 1995. Le rappeur Snoop Dogg s’habille en TH et redonne de la vigueur à la marque. La marque rend alors délibérément ses modèles plus streetwear et plus amples.

Dès 2004, la société comptait 5 400 employés et un chiffre d’affaires de plus de $1.8 milliards de dollars.

En août 2005, Tommy Hilfiger annonça qu’il mettait sa société en vente, et avant la fin de l’année, elle était achetée par Apax Partners,également propriétaire de Calvin Klein, pour $1.6 milliard, soit $16.80 par action.

Il décide donc d’élargir sa clientèle en créant des lignes pour femmes, pour enfants, des gammes d’accessoires ainsi que des chaussures.

La marque est consacrée en 2008. Citée dans le numéro annuel WWD 100 du magazine Women’s Wear Daily, Tommy Hilfiger est considérée comme l’une des marques tendance de qualité les plus reconnues dans le monde. Le fondateur et principal designer de la griffe, Thomas Hilfiger, figure en tête de la liste des 10 meilleurs designers.

La marque compte environ 900 boutiques dans le monde.

_____________________________________________________________________

Pour finir, une des plus belles publicités de la marque – David Bowie et Iman en 2004

_____________________________________________________________________
Sources
Elle
Puretrend
Wikipédia

_____________________________________________________________________

Classé dans:Economie,

LADUREE s’établit en Suisse

Ladurée s’établit en Gruyère en investissant 14,5 millions à Enney.

Le fabricant français de macarons LADUREE installe un centre de production mondial de macarons ainsi qu’un centre de recherche et développement à Enney en Gruyère. Le président de Ladurée, David Holder, présent mardi passé à l’assemblée extraordinaire de la commune de Bas-Intyamon qui a entériné la vente d’une parcelle de 20’500 m2, a informé qu’il voulait commencer la production à l’automne 2011.

Jusqu’à présent, Ladurée produit ses macarons destinés à la clientèle étrangère sur site. Le problème est que la production locale ne garantit pas une qualité constante.

La Gruyère était connue pour sa crème (délicieuse) et ses meringues… ses avantages fiscaux (?!)… je pense que ce lieu n’a pas été choisi par hasard!

Quelques mots sur la société

La célèbre maison était tout d’abord une boulangerie, créée en 1862 par Louis Ernest Ladurée au numéro 16 de la Rue Royale à Paris. La Madeleine est alors un quartier d’affaires en pleine croissance, où sont installés des artisans du luxe français.

En 1871, un incendie permet la reconstruction et la transformation en pâtisserieJules Chéret, peintre célèbre de la fin du siècle, est chargé de la décoration de cette nouvelle pâtisserie. En s’inspirant des techniques utilisées pour peindre les plafonds de l’opéra Garnier, il donne relief et profondeur aux plafonds. Il les orne de petits anges joufflus, notamment celui que l’on désigne comme l’«ange pâtissier», qui inspirera plus tard tous les éléments graphiques de la maison.

L’épouse d’Ernest Ladurée, Jeanne Souchard, fille d’un hôtelier de Rouen, a l’idée de mélanger les styles: le café traditionnel parisien, et la pâtisserie, qui donne naissance à l’un des tout premiers salons de thé de Paris. L’avantage de ce salon sur certains cafés est que les femmes peuvent être accueillies en toute liberté.

En 1993, David Holder et son père, Francis, fondateur du groupe Holder (boulangeries Paul, Manufacture du pain, Château Blanc, Saint Preux, IFH, Panétude), achètent et agrandissent la maison.

David Holder - Président de Ladurée

Ladurée vend plus de 15 000 macarons par jour dans ses magasins. La boutique des Champs-Élysées accueille 3000 clients par jour.

Sofia Coppola les met en vedette dans son film Marie Antoinette.

Fabrication des macarons

Pierre Desfontaines, le petit-fils de Louis Ernest Ladurée, au début du 20e siècle, a eu l’idée d’assembler les biscuits deux à deux et de les garnir d’une crème. Depuis cette époque, la préparation n’a pas été modifiée. Les chefs pâtissiers effectuent le dosage des amandes, des blancs d’œufs, et du sucre glace. Ils sont ensuite cuits et garnis, et sont congelés dans l’usine de fabrication à Monaco et bientôt à Enney, transportés dans les magasins et décongelés 48h avant d’être mis à la vente.

Pour se faire envie

Liste des macarons

100 recettes conçues par le pâtissier de Ladurée pour le grand public

 

Magasins en Suisse

-> Genève – 7, cours de Rive

-> Lausanne – 3, rue de Bourg


-> Zürich – 17, Kuttelgasse


Sources
Ladurée
Rue 89
Wikipédia


Classé dans:Economie, , , ,

Sandro et Maje cèdent 51% de leur capital à LVMH

Deux fonds d’investissement, L Capital (géré notamment par L Capital Management, filiale du géant mondial du luxe LVMH) et Florac ont annoncé, il y a une semaine, avoir acquis 51% du capital des trois marques françaises Sandro, Maje et Claudie Pierlot, cette dernière ayant été rachetée fin 2009 par les deux précédentes.

Evelyne Chetrite et Judith Milgrom, deux soeurs, fondatrices de Sandro et Maje, et le management des sociétés en conserveront 49%.

Evelyne Chetrite - fondatrice de Sandro

Judith Milgrom - fondatrice de Maje

Le fonds L Capital, géré par une filiale du géant mondial du luxe LVMH, L Capital Management, est investi en partie par Groupe Arnault, la holding familiale de Bernard Arnault, PDG de LVMH, et majoritairement par des investisseurs institutionnels et des banques privées.

Florac pour sa part est un fonds détenu à 100% par Marie-Jeanne Meyer, ancienne directrice générale de Louis Dreyfus et actionnaire minoritaire du groupe de négoce.

Ils gèreront la majorité du capital de ces marques via une holding commune baptisée SMCP. Loin de s’offusquer de cette « diversification vers le bas » de LVMH, les marchés financiers ont salué l’opération en faisant grimper le cours de l’action de 2.08% dès l’annonce de l’acquisition. Encore une fois, Bernard Arnault semble avoir visé juste.

Sandro

LVMH apporte au duo Maje/Sandro un actionnaire digne de ce nom, susceptible – de par sa puissance financière – de donner des ailes à ces petits génies du prêt-à-porter nouvelle génération. L’apport de ces nouveaux capitaux permettra une croissance plus importante pour SMCP qui enregistre déjà un taux de 30% et table sur l’ouverture de 60 boutiques supplémentaires par an.

Maje et Sandro réalisent chacune un chiffre d’affaires d’environ 70 millions d’euros avec un taux de croissance proche des 30% par an. Plus petite, Claudie Pierlot, qui a fait l’objet d’un plan de relance, atteint les 40 millions d’euros.

Maje

Nées il y a douze et six ans, Maje et Sandro se positionnent sur un créneau intermédiaire entre le prêt-à-porter de masse, de type H&M ou Zara (groupe Inditex ), et le prêt-à-porter de luxe. Elles ont entrepris il y a quelques années d’ouvrir leurs propres réseaux de magasins, qui comptent aujourd’hui plus de 330 boutiques ou « corners » dans les grands magasins et souhaitent s’implanter aux Etats-Unis et en Chine.

Claudie Pierlot

En décidant de se placer sur un créneau jusque-là peu exploité (celui du middle luxe créateur), les soeurs Évelyne Chétrite et Judith Milgrom – respectivement à la tête de Sandro et Maje – ont bouleversé les codes du fashion system. Il est vrai qu’avec ses pièces pointues (mais moins onéreuses que chez Chloé), ses égéries haut de gamme et ses boutiques épurées, le cartel Sandro-Maje-Claudie Pierlot se place aujourd’hui au centre du désir des modeuses. Et ce bien au-delà des frontières : de New York à Tokyo, ces griffes à l’aura frenchy séduisent toutes celles qui désirent acquérir un peu de ce chic so parisien.

Dès lors, rien d’étonnant à ce que le très select Net-a-Porter ait fini par intégrer Sandro et Maje à son offre luxueuse.
___________________________________________________________________________________________________

News concernant Claudie Pierlot…  Audrey Marnay styliste pour la marque


Audrey Marnay, mannequin et actrice, a commencé par jouer la muse de la maison Claudie Pierlot avant de dessiner une dizaine de modèles pour la griffe. Baptisée «Audrey Marnay pour Claudie Pierlot», cette collection capsule contient notamment deux modèles qui sont exclusivement vendus au Bon Marché
.

Classé dans:Economie, Mode, , , ,

Violation de la loi suisse sur les cartels

Selon le secrétariat de la commission de la concurrence suisse, Chanel Genève, Clarins, LʼOréal Produits de Luxe Suisse, Parfums Christian Dior et YSL Beauté auraitent violé la loi sur les cartels en s’entendant sur les prix. Ces entreprises auraient pu uniformiser leurs prix et cimenter leurs parts de marché grâce à l’échange d’information.

La commission propose de leur infliger une amende de CHF 17’000.- à 25,5 millions de francs (calculée en fonction du chiffre d’affaires). Les entreprises concernées ont maintenant la possibilité de prendre position concernant cette proposition.

Classé dans:Economie, , , , , ,

Anciens articles

Points d’intérêt

J’écoute …

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 153 autres abonnés